Cheymah Bennan est revenue déçue de sa première finale de coupe de France: elle y a terminé 17e. 
Cheymah Bennan est revenue déçue de sa première finale de coupe de France: elle y a terminé 17e.

Cheymah Bennan a à peine 13 ans et pourtant les dirigeants de la Jeune Garde fondent de grands espoirs sur elle. Il faut dire qu'en gymnastique, une athlète est au sommet de son art vers 16 ans. La jeune gymnaste armentiéroise, qui vient de disputer sa première finale de coupe de France, semble avoir le potentiel pour briller.

Reste maintenant à confirmer mais, pour y parvenir, il faudra avant tout que Cheymah se « forge un caractère  ».

C'est en suivant ses grandes soeurs, Sarah et Dalhia, que Cheymah est arrivée à la Jeune Garde alors qu'elle avait 4 ans. La jeune fille avoue s'être essayée à d'autres disciplines. «  Mais j'ai choisi la gym. Non seulement parce que j'y avais mes copines mais aussi parce que j'y retrouvais un certain esprit d'équipe sans avoir la monotonie d'un sport comme le basket. À la gym, on peut varier les plaisirs puisqu'il y a différents agrès », explique-t-elle tout en indiquant sa préférence pour le sol. « Et je déteste la poutre ! » « Pourtant, ce sont les deux domaines où elle est la meilleure », précise Sandrine Batteur, son entraîneur depuis décembre.

La jeune gymnaste ne rechigne pas au travail : 15 heures d'entraînement hebdomadaires, sans parler des conseils qu'elle dispense bénévolement aux plus jeunes. Cheymah passe donc une bonne partie de son temps dans la salle de la rue du Progrès, ce qui ne l'empêche pas d'être une élève de cinquième brillante. «  Elle sait que, pour nous, les résultats scolaires sont une obligation. Si ça ne marche pas à l'école, on supprime des entraînements  », prévient le coach.

Et le travail paye puisque Cheymah vient tout juste de rentrer de Dunkerque où elle a disputé la première finale de coupe de France de sa jeune carrière.

Avec un résultat mitigé, une 17e place, que Sandrine Batteur explique par les nouveautés ajoutées au programme de sa protégée. «  On lui a rajouté six nouveautés, trois en poutre, une en sol et deux en barres. L'objectif n'était pas de faire un résultat mais plutôt de répéter en vue des championnats de France individuels programmés fin mai, explique l'entraîneur de la Jeune Garde. Cheymah est dans une période de transition. Elle est en train d'atteindre un niveau intéressant mais il faut que ça suive dans sa tête. » Comprenez que la gymnaste a des facilités et qu'elle aurait peut-être parfois un peu tendance à se reposer sur ses acquis. Seulement, pour passer au niveau supérieur, il faudra nécessairement qu'elle apprenne à se faire mal. Elle a jusque fin mai, date des championnats de France individuels, pour parvenir à passer un cap et peut-être décrocher, qui sait, un titre de championne de France, le troisième de l'histoire du club armentiérois. •

FLORENCE PIAZZETA   Voix du Nord du 12 AVRIL 2009

Retour à l'accueil